Friday, August 07, 2009

Traction-brabant 59

Certaines personnes me reprochent de ne jamais me reposer, de ne jamais m’arrêter de faire quelque chose. C’est vrai : quand je n’agis pas, c’est que je ronfle. Il m’arrive même d’avoir l’impression de me reposer, alors que je bouge encore…
Et pourtant, de ma part, c’est juste une façon d’appliquer les consignes.
Dans une société de consommation digne de ce nom, il ne faut jamais s’arrêter de faire quelque chose, car cela signifie acheter et donc permettre à quelques privilégiés de ne pas bosser (y compris au jardin, qui est pourtant un passe-temps naturel, je me suis payé une griffe pour aérer la terre après mes neurones).
De plus, quand on commence à dire de quelqu’un « qu’il repose en paix » ou « paix à son âme », c’est toujours mauvais signe pour ce quelqu’un.
Ainsi, je préfère ne pas appartenir avant terme à un club qui a déjà beaucoup d’inscrits d’office : avant l’heure, c’est pas l’heure...
En réalité, le manque de repos créée du bonheur, car il y a toujours quelque marmite sur le feu, qui exige que l’on s’occupe d’elle. Et s’occuper des autres, c’est leur faire plaisir, et aussi se faire plaisir par effet boomerang (sans aucun dégât matériel apparent, je vous rassure).
En ce qui concerne l’écriture -même combat- je me suis tu jusqu’à présent, sur le sujet par peur de la concurrence ! - mais cette fois-ci, le tabou est brisé : allez y, ne vous gênez pas, bossez à donf, créez vos propres revues, si possible en version papier, parce que sinon, c’est pas drôle. Et même pas bien présentées, comme la mienne !
« Et moi, et moi, et moi dans tout ça ? », ne tarderont pas à demander les hauteurs très poliment perchés sur leur ego de papier. Eh bien vous, non plus, ça ne vous ferait pas de mal de vous y mettre. D’ailleurs, à vous observer, peu vénérables hauteurs, je subodore que vous vous éclatez pas tant que ça, en pensant qu’à votre écriture. Y a même sûrement de quoi devenir dingue, à tourner dans sa cage, avec ses mots persos...
Si ne rien faire, voire, ne pas s’occuper des autres, rendait plus heureux tout le temps, je me reposerais peut-être. Hélas, la démonstration n’étant pas apportée, je persiste et signe.
Mon seul rêve serait juste de pouvoir ne jamais m’arrêter de faire ce que je veux et au rythme que je veux, mais ça, c’est une autre histoire…                                                                                                                                                 
                                                     P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins