Saturday, December 05, 2015

De Michèle Capolungo (extrait de T-B 60)

SARMENTS D’AMOUR   [octobre 2014]


La dernière fois
Quand je t’aimais
L’effraction
A l’annonce de ta mort.
Mille petits cordons fantômes
Etoilèrent d’éternel
L’ombilical labyrinthe.


La dernière fois
Quand je t’aimais
L’omission
D’un Noël sacrificiel.
Papier d’abandon cadeau pour les autres
Froissant deux ombres d’épilogue,
Mages du répudié inconnu.


La dernière fois
Quand je t’aimais
L’évasion
Sous un ciel ecchymose.
Veine vive de silence
Arrachée au dialogue perdu
Dans la plainte sourde sangsue.


Boire
La coupe de nos adieux
Jusqu’à la lie d’un vin sans ivresse.

J’enracine la vigne d’hier
Dans le sable l’argile les cailloux
D’un terroir imaginaire.

Entassés, les sarments moignons
Retrouveront longévité
Dans un bûcher de vanité.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins