Thursday, October 24, 2013

Continuum continuant (61)

En 2012, j’ai créé le blog des micro-éditions du Citron gare, dont le but est de prier les auteurs d’acheter ses deux recueils de poésie annuels et de supplier ces mêmes personnes de ne pas m’envoyer de manuscrits (http://lecitrongareeditions.blogspot.fr/). Il s’agit donc là d’un objet de pure diffusion. Une trace à laisser à la portée de quelques curieux. Soit, à ce jour et en deux ans et demi, une petite dizaine d’articles.
En 2012 également, j’ai pris conscience du fait que beaucoup de livres de poésie  – l’extrême majorité – ne suscitent aucune chronique. D’où la naissance de poésie chronique ta malle (http://poesiechroniquetamalle.centerblog.fr/). Car analyser des livres de poésie édités, cela revient à exhumer des parchemins enfouis dans une malle d’inédits. Soit, au total, 130 articles environ en deux ans et demi d’existence.
Puis, comme les revues de poésie sont encore moins chroniquées que les recueils de poèmes, j’ai accouché d’un « C’est vous parce que c’est bien » (http://cestvousparcequecestbien.blogspot.fr/) en septembre 2014 (à ce jour, une trentaine d’articles).
Dans ce dernier blog, il n’est question, paradoxalement, que des revues papier. Parce qu’aujourd’hui, créer une revue papier ou un webzine, ce n’est pas tout à fait le même investissement en terme d’argent, donc l’effort matériel me paraît digne d’être salué en priorité.
Cependant, je me contente juste d’y recenser les revues, car je ne veux pas déshabiller Paul pour habiller Pierre. Au mieux, je me limite à une citation. L’important à mes yeux est que les auteurs apparaissant dans une publication collective prennent enfin conscience qu’ils font partie d’un réseau sans distinction de titres. A cet égard, le fait que les mêmes noms s’y retrouvent ne me semble pas être un mauvais signe.
Alors, vous allez me demander, maintenant que l’exposé est fini : pourquoi ne pas regrouper les 4 blogs en un seul ?
Parce que cette succession de publications reflète dans sa chronologie des nécessités dont je ne souhaite pas perdre le souvenir.
De plus, créer un blog ne demande que quelques secondes. Et pourtant, cet acte peut engager pour longtemps son créateur. Ainsi, j’apprécie ce paradoxe. Comme dit Jean-Pierre Duprey : « Après la trace, vient la distance » (et toute trace est difficile à effacer sur le net !). Alors, à quand un 5e blog ? Le plus tard possible, rassurez-moi.  
P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins