Thursday, February 18, 2016

D'Hélène Miguet (extrait de T-B 89)

Est-ce que le silence un jour se tait ?

Personne ici ne lui a demandé de crier si fort, personne n’est né vivant pour supporter ses hurlements de lune à l’envers ni ses grincements de loup à l’affût. Sa gueule cassée

de remords s’ouvre sur la gorge des mots et mâche lentement leurs soubresauts de vie encore flûtée comme ces voix qui tremblent souvent au bord des seuils et que ce satané silence roué aux tortures subtiles

étrangle  

sadique sarabande.

No comments:

Incipits finissants (25)

Veuillez m’excuser. Il m’a fallu attendre le dernier printemps des poètes pour que je réalise que le métier de poète pouvait exister. Avant...