Friday, October 08, 2021

Traction-brabant 95

Allez ! On va s'prendre une bonne goulée d'élitisme. Mais c’est quoi l’élitisme ? Selon le Larousse, il s’agit d’un système favorisant les meilleurs éléments d’un groupe aux dépens de la masse, et/ou d’une politique visant à la formation d’une élite.

Bon sang, j’aurais dû commencer par-là, quand j’ai créé T-B. Mes collègues me l’ont assez reproché : comment peux-tu réussir si tu n’es pas élitiste ? L’élitisme pour toute entreprise littéraire, c’est comme l’abus de bien social pour un homme politique : une fatalité ! Mon pauv’Monsieur ! C’est l’alpha avant l’oméga ! Sinon, inutile de créer quoi que ce soit ! Bien entendu, l’élitisme, on le pratique, on ne l’écrit jamais !

Alors, sûrement que vous vous demandez où ça mène de l’être, avec une revue de poésie ? Pardi ! Ce signe extérieur de qualité aide à prendre le pouvoir poétique (tout ce qui se fait avec des subventions), à défaut d’avoir le pouvoir politique. Mazette ! Financer sa p’tite carrière, en voilà du cool !

Et puis zut ! À bas les masques, même si c’est déplacé en ce moment. L’élitisme, je trouve ça con, et tout particulièrement dans une revue de poésie.

Tout d’abord, parce que la formule de choc qui le résume, c’est élitisme = copines et copains, dont soi-même ! Or, qu’est-ce qui me prouve que les copains/pines sont les meilleur(e)s poètes ? Mais t’as pas compris ? Faut l’faire croire ! Et depuis quand les meilleurs poèmes édités sont ceux que l’on écrit soi-même ? Depuis… longtemps ! L’élitisme n’est donc pas… élitiste. Il est plutôt… hypocrite ! On se fait plaisir à soi malgré les apparences !

Et pour mettre toutes les chances de son côté, il est préférable de ne publier que des trucs hyper précis, afin qu’un maximum de personnes n’ait pas le profil. Par exemple, si ton poème fait 5 cm de large, alors qu’il aurait dû en faire 6, même s’il est bon, ça passe pas. C’est ta faute ! T’avais qu’à obéir ! Un autre signe : l’élitisme suppose une profession de foi hyper vague, pour mieux noyer le poisson. Par exemple, si le terme de chapelle est employé, pour dire que c’en est pas, c’est que c’en est une, le plus efficace demeurant carrément de choisir les auteurs à publier avant de créer sa revue. Mieux vaut soigner la devanture et trafiquer derrière. Quant aux lecteurs, on s’en fout, la revue est subventionnée ou… numérique !

Évidemment, à côté de ça, T-B n’est pas élitiste, puisque tout le monde peut y participer, ce qui ne signifie pas que n’importe quoi y est publié. À la pratique de l’élitisme, je préfère celle de choix à opérer entre divers poèmes de styles différents. Vous distinguez la nuance ? C’est certain que ça demande plus de boulot que d’exclure d’emblée celles et ceux qui ne sont pas assez propres sur eux. En agissant de la sorte, c’est comme si les ci-devant de la poésie craignaient de se retrouver à poil, sitôt qu’on leur ôtait leur cravate.

P.M.
 

No comments:

Incipits finissants (95)

Je m’excuse par avance de plomber l’ambiance avec cette anecdote pas vraiment drôle pour le commun des mortels. C’est l’histoire de quelqu’u...