Sunday, October 18, 2015

Traction-brabant 1

Venez que je vous présente « TRACTION / BRABANT ». Ce n’est même pas une revue, pas tout à fait un zine. Il s’agit plutôt d’une sorte de bordel organisé. C’est bien, le bordel, pour les anarchistes de tout poil. Les autres, eh bien, les Hauteurs, ils peuvent continuer à lire du papier glacé pour les congratulations d’eux-mêmes.
Pourquoi faire ce machin là ? Tout d’abord, pour savoir si j’en suis capable. Ensuite, parce que j’aurais quelques trucs à dire, peut-être à personne.
Aussi bizarre que cela puisse paraître, dans notre petit monde de la poésie aux formes mouvantes, on ne parle pas de tout et on parle souvent des mêmes choses qui sont d’ailleurs, la plupart du temps, bonnes. A côté de cela, il y en a d’autres dont il n’est jamais question. Ou presque pas.
Est-ce bien normal, tout de même ? Moi, je ne le crois pas. J’espère que des querelles d’idées n’ont pas fait leur nid là dedans parce que je persiste à ne pas voir le rapport avec le travail artistique, la merde n’ayant pour elle que l’odeur.
Mais la liste n’est pas limitative. Et je suis toujours curieux de lire ces petites publications, presque miraculeuses.
Autre liste : celle qui figure dans les pages intérieures de la couverture. Cette liste est faite pour sortir de la poésie. Il y a beaucoup de musique dedans.
Et puis, zut, c’est un monde comme un autre. Intérieur.
Enfin, pourquoi s’être mis à deux copains d’enfance pour choisir un titre aussi débile ?
Parce qu’il est débile, en premier lieu et en second parce qu’une traction et un brabant, ça n’avance pas. Et c’est bien. Trop souvent, mille fois par jour, nous faisons confiance à la technique. Nous nous y vautrons. Médias, portables en tous genres, internet. Et pour donner bonne conscience pendant dix secondes, nous nous souvenons de la détresse humaine, la nôtre. Mais n’existe t-il pas un rapport entre cette dernière et le progrès technique ?
Amis poètes, le progrès rend bête. Contestons l’incontestable.
Ah oui ! J’oubliais ! Une traction et un brabant, ça n’avance pas. Alors faudrait pas trop compter sur des mecs de notre race pour réparer tout ça. L’intellectuel est quelqu’un à qui l’on ne peut rien demander.
P.M.

1 comment:

Lucie Ferraille said...

Salut les Traction-Brabant,

Je viens de prendre connaissance de votre existence via Andy Verol du collectif Hirsute http://hirsute.hautetfort.com, un ami cher au grand n'importe quoi de nos vies et à l'amour de transcrire ce grand n'importe quoi via le sulfureux internet mondial (objet indispendable aujourd'hui)ou via un sulfureux (aussi) papyrus (oui Verol en est encore au stade du papyrus)

Je viens de butiner quelques mise en scène de votre site, je crois que la saison va durer quelques siècles, j'ai plutôt soif de m'abreuver de vous que de bols d'eau tiède d'un quotidien lourd qui font critiquement un malsain plaisir à se lobotomiser la face de beauffries inutiles et où la concurrence devient un vrai marrathon.

je vous invite à me lire ici http://lucieferraille.hautetfort.com et vous autorise, si c'est aussi votre pratique, à m'éditer chez vous.

Je vous mets illico dans mes links favoris.

Bravo pour ce que vous faites. Bien ficelé, drôle et riche.

Lucie Ferraille

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins