Tuesday, March 21, 2017

De Maxime David (extrait de T-B 28)

Fin d’ère

Tous les bons caloyers, en jacos courcaillant,
Vaniteux bourreliers, de chaque évection,
N’ont jamais pu prédire, du mindel l’ascension Changeant par mille duits, l’oekoumène en fjeld, Comme cent lycènes, zeuzères en pariade,
Tudesque uhlan herschant les impedimenta,
Font d’yeuses, kolatiers et gibbeux abacas
De frigides ventis et scirpes marcescents.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins