Saturday, August 06, 2016

De Dominic Caétano (extrait de T-B 30-31)

L'espace entre 2 grains de sable

Il y a un tourbillon de mots et d'images. Il va bien finir par crever, ce tourbillon.
- A en devenir fou, à en crever!
Je dégage cette fois-ci sur la pointe des pieds et la veste sous le bras.
Je prends avec moi une pierre trouvée dans une très vieille tombe, elle a toujours été là sous mes yeux.
Je caresse les murs en descendant les escaliers et je saute la dernière marche. Dehors sur le trottoir je déambule, mon corps déambule et je jette ma veste sur mon épaule.
Ne plus se brûler le cerveau, enjamber des ponts même imaginaires - je t'écoute si tu le veux.
Je baisse le regard et mate mes chaussures, elles sont vieilles et c'est étrange d'avoir le cœur léger dans cette chaleur d'été.
Sans le savoir, sans le comprendre, être seul dans un univers bien rempli - tu m'écoutes?
Toujours avoir un flingue dans sa poche pour se défendre...une fois et pour toutes.
Les voitures volent à côté de moi, je ne vois que de la couleur.Les maisons sont sales et à l'intérieur les gens ont le cafard même quand ils dorment.
Des mots, des wagons de mots qui partent dans le grand Est, il fait trop chaud ici.
Je suis monté sur les hauteurs, je vois toute la ville et ces toits gris, on dirait de la peau d'éléphant et je suis le cornac pleurant son salaire.
- Et si tu ne comprends pas tu me fais un signe et on verra...
Je pense à celui qui est resté dans mon lit, nu, allongé sur le ventre, il ronflait un peu. Il m'en reparlera de sa joie de vivre, de tous ses projets et de cette sale manie de trahir tous ces principes - Oui oui il est totalement malheureux.
Ça me fait penser à toutes ces lumières qui sont allumées derrière les rideaux, elles ne sont pas là pour dire - venez, entrez, vous êtes les bienvenus, elles sont là pour dire - ne vous approchez pas, il y a quelqu'un ici. Les plus malins ont un écriteau "attention chien méchant". Si leur chien est vraiment méchant, à leur place j'aurai peur.
Un jour on m'a dit que le plaisir était du miel qu'on lèche sur une lame de rasoir, je n'aime pas le miel, je peux mettre autre chose?
Je pense à ce qui me reste à faire pour le restant de ma vie et le tourbillon revient.
Juste baigné de lumière, agiter les bras pour qu'ils se détachent, courir vite et sauter les obstacles les plus hauts.
Juste plisser les yeux quand quelqu'un vous fait la morale, juste boire à la bouteille quand quelqu'un vous insulte.
Traverser au dernier moment et sourire.
Ne rien prendre, tout laisser à la meute, prendre une photo du spectacle et la mettre dans son portefeuille.
Se récupérer de justesse, tomber amoureux de soi-même, se caresser et embrasser le miroir.
Jusqu'à la mort bouger la tête sur un seul rythme, toujours le même à l'infini.
Prêter serment devant une icône fabriquée de choses trouvées ici et par là bas, promettre de ne pas se faire semer, promettre de trouver sa place entre deux grains de sable.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins