Friday, December 21, 2012

D'Alain Minighetti (extrait de T-B 36)

Le cimetière des enfants (Ecrits du 11 avril 2005)

Ils furent partis
Rabougris - du dehors nulle part
Cueillir des écrevisses blanches
Changer des souris en hommes
Un trou dans le pantalon
Les bons sandwichs aux fromages colorés

Un accordéon luxuriant pleurant mélancolie
Agonise sur le pavé carré poli
Par ta pluie du coeur saigné au temps méchant
Passant la vie au placard débile des enfants
Du soleil chantant - rentrant leurs yeux
Je t'emmerde connard - je suis en retard
Mais j'aime baiser avant de calculer connard
Jouez du sifflet et des babioles -
Cassez les sales bagnoles
Nettoyez-moi tout ça qu'on y voie le soleil putain !
Quand est-ce qu'un Gaston Chaissac va t-il me serrer la main ?
Quoi me raconter toi ?
Je meurs demain plus bête encore
Début - développement - fin
Non peut-être pas encore maintenant
Vilaine manie inutile qui sert à rien jamais
Alors qu'est-c'que c'est ? - mode d'emploi s'i'ous plait Le piano - le piano - le piano - c'est si beau
C'est si bien - il faudrait en faire un bouquet
Final et rentrer dans les bunkers - tout boulonner
Tout changer - taper sur les casseroles
Se faire des bananes dans les tifs
Pour beugler une misère de trois accords
Pour casser l'ennui en produisant du futile
Et ça revient au même - finalement c'est chiant - finalement c'est chiant
Finalement c'est pas fini - il faut penser à charger la mächiiiineu
A nourrir ses neurones à la scie musicale minimum
Sinon putain ça va pas loin, ça vole pas haut
Sinon putain autant se faire des tartines et les tartiner
Les faire durer - les faire chialer au fromage à patamole graissée
Autant se dire que le vent emporte les enfants
Loin de leur terrain de prédilection
Là où ils trouvaient des cailloux à jeter à l'eau
Oui mon beau salaud on en a bien profité-eu
Mais maintenant c'est fini, c'est fini-eu
Les cailloux tombent plus pareil - ça raye
C'est plus cette espèce de courbe légère et sculptée
C'est j'sais pas trop quoi d'ailleurs, hein d'ailleurs !
D'ailleurs, quoi de quoi ?
Où ça j'y vois rien
Demain matin il fera clair - il fera jour
Et dans une banalité consternante, se complaisant
Ô si peu, Mais bon faut faire avec...
Se complaisant battu par la vitesse du temps et les neurones un rien encrassés

Et bin on ira où il faut aller
Sans trangresser - je sais pas pourquoi !
Je sais pas pourquoi...

Vous pouvez également retrouver d'autres poèmes d'Alain Minighetti sur les blogs suivants : http://alainminighettiecritscacophoniques.blogspot.com/ et http://www.myspace.com/474719718

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins