Friday, December 10, 2010

Traction-brabant 49

En ces temps de vache maigre – ça fait longtemps qu’elle est maigre la vache – et de crise de la dette (ça oui, on risque pas de l’oublier celle-là !), les monts de pitié vont bientôt se casser la gueule, tellement ils sont chargés de vieilles babioles.

N’empêche que jamais j’aurais cru voir ça ! En allant sur Internet, je découvris qu’un ancien numéro de T-B avait été mis en vente. Qui aurait osé imaginer un tel honneur ! Un tel honneur ? Vous rigolez ? Quel pékin s’était-il permis de mettre aux enchères un T-B ? N’empêche, le ptit bénéf avait quand même pas oublié d’être réalisé au passage. Imaginez le tableau de chasse. Un numéro acheté 2 €, avec un prix de vente à 3 €, ça faisait une marge sympa de 1,5. En espérant que ce numéro avait été acheté, parce que rien n’est moins sûr. Dans ce cas là, vous vous rendez compte ? Ça donne une plus-value nette de 3 € sur la vente d’un Traction-brabant. Dérisoire non ? A moins qu’il dorme dans la rue et soit en manque de repas, j’ai du mal comprendre pourquoi un ou une anonyme a pu faire ça. Evidemment, l’animalcule s’est bien gardé de mettre son nom sur le site vous en faites pas ! Il a pas non plus prévenu de sa secrète manœuvre. C’était bien mieux qu’il restât faux cul pour compléter le tableau ! Et moi, pendant ce temps là, j’enregistre un énième déficit, alors que pour réaliser du bénef, il me faudrait augmenter la participation afin qu’elle atteigne la somme de 20 € pour 5 numéros !

Quand j’vous dis, y a pas de ptits profits dans notre république ! Grâce à la poésie, on croyait en avoir fini avec ces boutiquiers de merde, au besoin louangeurs (ça coûte pas cher). Eh bien non ! On les vire par la porte, ils reviennent par la fenêtre ! Sûrement des bons français qui critiquent des décisions stratégiques qui leur ressemblent. Zont guère de conscience ! Ils se sont arrêtés à la première syllabe. Ils ont pas compris à quoi ça servait la poésie, visiblement. Si ça se trouve, ils s’engagent avec la gueule contre la guerre et pour la démocratie. Mais le petit commerce ! Pas touche ! C’est que ça arrondit les bourses étudiantes comme les retraites des vieux pépés. Et bien entendu, les auteurs de telles indélicatesses se croient au dessus de tout soupçon, comme le sont les politichiens de leur race. On n’a pourtant pas demandé aux poètes d’être des rêveurs. On aurait juste attendu d’eux qu’ils soient un peu moins taches que des pas poètes ! Mais ça c’est trop dur pour certains, toujours les mêmes, bizarrement !

P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins