Saturday, May 30, 2015

De Tom Sam (extrait de T-B 50)

fortune

tu n’es pas le plus à plaindre
avait-il entendu
alors qu’il arrivait devant le vieil immeuble
il suivit les petites affiches qui le dirigèrent vers la cave
la cage d’escalier était remplie de brume sanguinolente
les briques suaient comme le pervers avant le crime
la vérité, il l’avait vue sous de multiples aspects,
encore aujourd’hui et il en était désemparé.

il arriva dans la cave qui servait de cuisine.
l’unique lampe halogène vacillait comme une bougie
dans la gueule du désespoir.
il n’y a pas de fatalité se répétait-il dans sa tête.
dans la pénombre, il aperçut le chef dégoulinant
qui découpait un énorme jarret de porc.
chaque fois qu’il levait le bras vers ce plafond désolé
le hachoir scintillait
à la manière d’une étoile morte,
une étoile esseulée et blafarde dans un empyrée désaffecté,
l’étoile sous laquelle il était probablement né.
le local était trop étroit pour qu’un homme puisse s’asseoir.
le taulier continuait à marteler la bidoche.
tu viens pour l’annonce ? lui demanda-t-il
sans parler, il acquiesça de la tête.
bon, tu dois avoir très faim
tu peux commencer tout de suite ?
Il répondit que oui
pas causant, c’est très bien, marmonna le chef
puis il lui tendit la serviette ainsi que les clefs
tu vas m’être utile et ce soir tu mangeras à ta faim
mais à ta place je chercherais pas à me berner gamin
termine ce que je te demande
avant que la nuit tombe ou bien c’est moi qui vais te
tomber dessus !
il remonta les escaliers en courant puis passa devant le clodo
qui lui répéta qu’il n’était pas le plus à plaindre
il sourit et lui cracha à la gueule.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins