Tuesday, May 12, 2009

De Raymond Penblanc (extrait de T-B 52)

   Du berger à la bergère (un art poétique.)


Le Maître n’avait pas son pareil pour impressionner son auditoire. Il lui suffisait d’entonner la liste des disparus au champ d’honneur pour que chacun sente passer le souffle de l’épopée. « Nerval, orphelin de mère, mort pendu à 47 ans - Musset, orphelin de père, mort alcoolique à 47 ans - Baudelaire, orphelin de père, mort aphasique à 46 ans - Verlaine, orphelin de père, mort alcoolique à 52 ans - Rimbaud, orphelin de père, mort de la gangrène à 37 ans - Lautréamont, orphelin de père, mort de cause inconnue à 24 ans - Laforgue, orphelin de mère, mort phtisique à 27 ans - Corbière, phtisique et contrefait, mort à 30 ans, auxquels il n’oubliait pas d’ajouter, François de Montcorbier, dit Villon, orphelin de père, disparu à l’âge de 32 ans. »  Jusqu’à ce fameux soir où un petit homme qui ne payait pas de mine se leva tranquillement de sa chaise.

Tandis que le Maître finissait d’énoncer le sort funeste des 9 enfants des Muses, la voix à peine altérée par l’émotion le petit homme laissa tomber : « Dachau – Auschwitz – Ravensbrück – Buchenwald – Dora – Treblinka  – Stutthof – Sobibor – Mauthausen – Bergen-Belsen – 9 000 000 de morts. » Puis  il releva sa manche et chacun put voir son bras.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins