Friday, February 25, 2011

De Xavier Frandon (extrait de T-B 55)

Créer un enthousiasme comme une putain débauchée
dans l'inexistante usine – disparue ! - l'acti
vité salvatrice prude puritaine – mazette!
On ne contrôle plus rien, une débandade générale.

Elle rougit au Pôle emploi – sa jupe très ouverte
mais sans liberté possible et nous évitons
les week-ends : trop douloureux...trop proches des lundis
avec cette paperasse...on ne s'en sort plus.

Restent les nuits éclaircies à pleins phares, mais sans but
ne pas déranger les voisins, passer invisible
invisible mais belle, belle à se maudire d'être là.

Restent les jours et leurs putains d'heures longues, très sévères
avec vos rêves et les siens. Elle reste dans ce milieu
tellement animé qu'on ne peut plus la voir.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins