Thursday, August 20, 2015

Incipits finissants (59)

Récemment, je suis allé dans une friche industrielle et j’ai appris que les artisans qui y travaillent sont en fait des artistes. En même temps, ce sont de vrais artisans avec des ateliers véritables, des big machines et des planches de bois immenses. Idem pour les jardiniers. Ils travaillent dans des serres de grande surface où ils cultivent de vraies plantes avec des feuilles qui se percent. Hélas, ce sont toujours des artistes. Bien sûr, les informaticiens sont des artistes. Et que dire des designers et des infographistes ? Evidemment, il ne peut s’agir que d’artistes. Bref, de gens qui ne travaillent pas pour de l’argent, et qui sont des rêveurs !… A l’écart de la ville, de préférence, ils sont parqués dans des usines, aussi inutiles qu’eux. Les artistes. Pas les artisans et encore moins les ouvriers.
Il faut dire que quelques compensations existent.
Aujourd’hui, les chevaliers en armes sont devenus des sportifs se rendant victorieux de compétitions presque aussi éprouvantes que certains conflits. De tels glissements sociaux seraient presque marrants. Comme si le concret ne devait pas trop exister, ou juste comme un passe-temps. Il est vrai que les détenteurs du pouvoir se font plutôt discrets, alors il faut bien occuper la vue.
Du coup, les artistes et surtout les sportifs remplissent l’espace. Le malaise vient sans doute de là. Ceux qui sont montrés ne sont pas (encore) ceux qui comptent pour la lutte des classes. Ce drôle de monde pas drôle en viendrait à me faire pleurer, puisque le savoir-faire manuel et les qualités physiques sont détournés vers des mondes spécifiques et limités, dans la transparence de ces grands chantiers à ciel ouvert, générateurs de vide.
Mais il y a toujours quelque chose de moins sympathique derrière, et je parie qu’il s’agit d’usines à gaz concentrant des substances toxiques. Un triste monde sans réalité, où personne n’est plus à sa place et joue des rôles dépourvus d’authenticité.
Que voulez-vous ? On ne se refait pas. Je rêve de stabilité et non d'ambiguïté, d'artisans qui sont des artisans, de jardiniers qui sont des jardiniers, et de sportifs qui seraient des révoltés. 
P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins