Thursday, January 15, 2009

De Caroline Birkner (extrait de T-B 61)

Mon frère

Pupilles nues
tu me ressembles
comme l'aile noire
des corbeaux
au-dessus
      de l'enfance

Non pas le reflet suave
    dans le sang opalin
mais l'opercule souterrain
      sur le glacier des âges

Le couteau qui se plante
       la dalle qui me recouvre
   n'a pas choisi son frère

    Les écluses jumelles
se rencontrent
            à la source
   des chemins qui se croisent
         dans la sève
             des vieux chênes

     reins nacrés des aïeux
où nos âmes se retrouvent
        mais ne s'assemblent pas


Plisse tes lèvres
           saupoudrées
du grain de la mémoire
  à cette source mûre
qui s'écoule
       dans les veines
Vertige fou des saillies
              qui s’emmêlent
comme du sang la griffure
   où le destin s'annonce
          et s'écrit
mon errance

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins