Wednesday, July 08, 2009

De Félix Poyer (extrait de T-B 71)

Le Rimoir aux Alouettes

Las de ces rêves clinquants
A portée de nain, le pain
Et les « Je » déifiés, noyés
Dans le Cirque clinique
De la vie Miroitée. Alouette
Je te brûlerai, si le temps
Y était...

Car la nuit nous chante ces rancœurs
Dame ! Nous en pleurons encor'
Par la suie teintées nos âmes
Aux angoisses d'espoirs s'avilissent
Quand prostrés deux drames hâtifs
Crissent leurs corps abrasifs
-Peur d'ennui nous fend le cœur-

Tant et tant tentée par la tonte
Bêler ma belle ne t'a pas libérée
Ris de plus belle à défaut de briller
Brides et œillères fièrement arborées
On se saurait rebelles sans devoir y songer
Oublier le libelle « produit non contractuel »

En attendant l'été...

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins