Thursday, July 30, 2020

Traction-brabant 85

Encore deux, trois poètes et je n’aurai plus personne à publier au Citron Gare. J’ai bientôt fini mon boulot, je vais pouvoir tout remballer. Être en retraite à 50 ans ! Cool !
Oui, je sais, il n’y en a pas beaucoup qui peuvent se vanter d’un tel exploit. Mais vous n’avez pas rêvé. Moi, j’ai réussi là où tous les autres éditeurs ont échoué.
- Bon sang, tu déconnes, Malta ! Tu vas pas nous faire croire qu’il n’y a qu’une quinzaine de poètes à éditer aujourd’hui ? Toi qui dis qu’on est 67 Millions de poètes en France, tu te contredirais pas des fois ?
- Oui, je sais, mais, pour moi, un très bon poète, c’est plus qu’une personne qui écrit très bien, c’est une personne dont l’écriture me fait frissonner de plaisir. C’est pas du tout la même chose. C’est carrément physique, tu comprends. En même temps, si c’est mal tourné, ça me fera rien ! Actuellement, il y en a deux trois nouveaux poètes par an qui arrivent à produire cette impression sur moi…pendant quelques instants. Et encore, il peut y en avoir moins !...
- Bon d’accord, on a compris. Ça en élimine déjà pas mal, sauf que restent encore plus de 15 ou 20 poètes sur 67 millions…
- Oui c’est vrai, j’ai oublié de préciser qu’un poète que je souhaite éditer est quelqu’un qui n’est pas déjà édité 3 ou 4 fois par an. Comme par hasard, ce sont justement ces personnes qui sont publiées en priorité. L’édition, pourtant, comme la potion magique, ça devrait faire de l’effet un certain temps, sinon, c’est que ça sert à rien.
- Soit, mais on est encore loin du compte…
- Sauf que j’ai pas tout déclaré. Un poète que je souhaite éditer, c’est quelqu’un qui est capable de continuer à être passionné par la poésie des autres, même quand lui-même n’est pas publié… c’est quelqu’un qui peut me citer d’autres poètes qu’il lit, qui kiffe leur style, même s’il est pas pareil que le sien !...
- Ah, parce qu’en plus de très bien écrire, de procurer des frissons de plaisir à Malta, de pas beaucoup publier, il faut encore s’intéresser à ce que font les autres ! Celle-là, on me l’avait jamais encore faite ! C’est comme de manger les plats qu’on n’a pas cuisinés ! De rouler dans les bagnoles qu’on n’a pas vendues ! Oh là là ! Ça devient trop compliqué là ! J’arrête tout de suite la poésie ! Je savais pas qu’il fallait l’aimer pour en écrire. Je préfère la gonflette, du coup ! Ça va me rapporter davantage ! Pas de temps à perdre avec des bêtises !
- Oui, finalement, t’as raison. Y a même pas 15 ou 20 personnes qui rentrent dans les critères. Au Citron Gare, on est plus sévère que chez Gallimard !     
P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins