Thursday, September 10, 2009

De Claire Demange (extrait de T-B 85)


MA MÈRE FILLE

Étonné
Déjà
Le nid accueille le soir
J’accueille l’ombre
Déjà
J’avais attendu
La clarté de ton matin
Né de mon corps
De mon cœur
Ton visage à inventer
À découvrir
Fille
Sous le signe de l’aurore

Maintenant
Mes pas se perdent

Mère qui se perd
Au calme de la chambre
Au calme des matins
Et des soirs solitaires

Qui fut façonnée
Par ton regard ma fille
Entre tes cils d’innocence


Tu fus toi pour moi



Qui serai-je
Sans nulle autre pareille
Que toi
Serais tu ma mère fille
Dans le désarroi de ton départ

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins