Tuesday, May 12, 2020

Traction-brabant 87


C'est bizarre, quand je lis des poèmes traduits d'une autre langue en français, je me dis qu’ils sont meilleurs que les poèmes de mon pays. Est-ce une illusion d’optique ? Ça n’arrive pas toujours, bien sûr.
Cependant, la plupart du temps, les poèmes traduits de l’allemand, de l’anglais, de l’espagnol, du suédois, du moldave, du slovène, de l’hébreu, du chinois, de l’arabe, s’ils me paraissent moins poèmes que les poèmes écrits en français, me semblent paradoxalement plus poétiques.
À quoi ça tient donc ? C’est difficile à expliquer avec précision, mais j’ai tendance à les trouver, pour résumer, plus concrets. Plus immédiats. Par exemple, quand ce sont de jeunes poètes qui sont traduits, leurs textes sont plus sensibles à l’écologie (heureusement !) et décrivent le monde actuel. C’est logique, me direz-vous, sauf qu’en général, et à l’inverse, rien ne distingue l’écriture d’un jeune poète français de celle d’un vieux poète français. Bon, je reconnais que j’exagère…
Ou bien, les pays d’où les poèmes sont traduits sont des pays en guerre (je pense à l’Amérique latine). Et donc, ils parlent de choses cruciales. Par conséquent, la poésie devient une question de vie ou de mort.
Bref, quand je lis des poèmes traduits d’une langue étrangère, j’y vois plus clair.
Tandis que les poèmes écrits en français se caractérisent souvent par leur épure abstraite, leur description du monde totalement intemporelle, dans laquelle aucun mot barbare ou technique n’est admis. Il semblerait qu’ils tiennent à rester hors course par rapport à la réalité des choses.
On dirait qu’ils ronronnent dans leur perfection stylistique et formelle, ces poèmes, ou bien – c’est pire encore – qu’ils ne parlent que d’eux-mêmes : la poésie, le langage, comme s’ils étaient écrits dans un endroit où ne passent jamais de camions-bennes. Comme s’ils ignoraient ce qu’était une grue de chantier ou une déchetterie. Sauf exceptions, ils sont aussi très éloignés de l’oralité, des conversations du dehors.
Du coup, je me dis qu’on devrait, nous les poètes français, employer de temps à autre des mots comme grue, bennes, déchetterie etc. Et puis, pour les plus ambitieux d’entre nous, écrire nos poèmes dans une autre langue, et de préférence, tout en ne connaissant pas bien cette langue, avant de retraduire ou de faire retraduire nos poèmes en français. Ça resterait sûrement maladroit. Pourtant, contre toute attente, on parviendrait peut-être à écrire quelque chose qui ne soit pas de la garniture poétique, mais qui exprimerait un véritable état poétique.
Ça rajeunirait les cadres de l’intérieur ! 
P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins