Friday, July 17, 2020

De Georges Elliautou (extrait de T-B 88)


Il est presque nu, une tache grise au niveau du ventre. Il me regarde de ses orbites creuses. Sa bouche vide est ouverte sur un désir fou. Il a faim.
Moi, j’ai soif. J’ai trop mangé au restaurant de l’hôtel. J’espère un bistrot dans une de ces rues misérables sous le soleil de plomb.
Il tend la main. Une main décharnée couverte de crasse. Je cherche dans ma poche une pièce. Je n’ai plus de monnaie.
Je hausse les épaules et tourne le dos à l’épave humaine qui me suit, marmottant ce que je suppose être des malédictions dans son dialecte tribal.
J’avise enfin une gargote. Des autochtones sont attablés à l’ombre d’un figuier dans une courette au sol de terre rouge. Que suis-je venu faire dans ce coin pourri de la ville ? La recherche du pittoresque… Ce n’est pas l’ombre du figuier qui me protégera de la chaleur épaisse. Ont-ils seulement un frigo dans ce bouiboui ? On verra bien.
Je commande une bière. Le patron, un vieillard assisté par un enfant, m’apporte une canette tiède. Tous les regards sont dirigés vers moi. Le silence s’est établi à mon arrivée. Le mendigot vient d’être chassé par le patron. Il m’attend de l’autre côté de la rue.
J’avale la bière tiède au goulot. Une amertume m’emplit la bouche. Une lassitude me vient. Vivement le retour à l’hôtel où la climatisation, le bar, les putes, la piscine…
Une bousculade soudaine. Des indigènes armés et cagoulés se saisissent de moi, m’entraînent vers un 4/4 poussiéreux.

No comments:

Traction-brabant 89

Je n'aime pas trop les thèmes en poésie et les thèmes en poésie ne m’aiment pas trop. Ça ne date pas d’hier, cette histoire ! Quand j’ai...