Sunday, August 21, 2005

Incipits finissants (7)

En suçant son stylo disait-il quelle drôle de philosophie on nous enseigne là… Le sujet du jour c’est se souvenir encore et toujours comme si l’on n’était pas déjà assez vieux comme cela.
Car ce n’est pas bien d’enfourner une charrette d’humains dans un four à pâtisserie, même pas pour les manger. Tiens… j’avais oublié les derniers outrages que les images médiatiques ont fait subir aux très vieux morts.
C’est bizarre vous savez j’ai tendance à tout mélanger dans cette société de consommation : petits noirs poignardés avec une gamelle vide et quelques mouches sur les côtes, des arabes avec leur panoplie de dynamite autour du corps, des noyés jaunes, des afghans sautant sur quelles mines, des trognes avinées dont le circuit de refroidissement a éclaté en pleine canicule, des garçons de ferme pendus à la lieuse, des filles mères sous 3000 mètres d’antidépresseurs, les rmistes, sauf qu’ils n’existent pas du tout, ceux là. Alors leur souffrance ne vaut pas un kopek.
Tandis que dans les fours il y a quelque chose de religieux. Comme le destin qui frappe à la porte.
Comme quand on pénètre dans une église. Trop class. L’orgue se met en branle et il n’est pas de barbarie. Non, il faut surtout ne pas confondre l’odeur d’encens avec celle de la crasse.
Mais alors, comment des pauvres pourraient-ils réussir à devenir des héros Post Mortem (P.M.) pour qu’on se souvienne d’eux, même sur les chaînes incultes et au fil de symposiums imposants ?
Je ne vois qu’une seule solution : qu’une météorite leur tombe sur le coin de la gueule.
Un coup du destin qui se mérite. Faut vivre en bande dans un chouette terrain vague. Et après, des scientifiques sérieux effectuent quelques relevés dans le petit tas de rien du tout. Possible même qu’un homme politique avisé émette l’idée d’une stèle. Alors là, ce n’est plus un incipit finissant, mais une fin insipide.
J’en finis donc avec ma dissertation de philosophie sur les vieux morts.


P.M.




No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins