Monday, December 31, 2018

Traction-brabant 18

Depuis que Traction-brabant n’est plus gratuit (et même avant), j’ai fait les observations suivantes.
Il est habituel pour certaines personnes, j’ai pas dit toutes, de se lamenter de l’inutilité de la poésie, sauf de la leur. Ben oui, c’est comme ça, la poésie n’a pas assez de lecteurs, ce qui resterait d’ailleurs à prouver. Cependant, il faut entendre par là, de lecteurs qui payent. Et les lecteurs, c’est qui ? C’est le public ? Et le public, c’est qui ? Eh ben, il se trouve que, Mesdames, Mesdemoiselles Messieurs, les lecteurs de poésie, ce sont très majoritairement les revuistes, les auteurs zeux-mêmes et autres enfants, nous quoi.
Ah ben merde alors ! Y en a qui y avaient pas pensé. C’est bien pour ça que certains auteurs et revuistes (en reçoivent déjà assez de poèmes, répètent-ils), j’ai pas dit tous, ne semblent pas acheter de poésie. Le public c’est pas eux. Par contre, ils veulent vendre leurs bouquins, mais pas en acheter. On pourrait en faire un sketch à la Coluche.
Eux, c’est pas les autres. Un peu comme avant la révolution lorsque les suzerains n’étaient pas les vassaux, comme aujourd’hui les députés, qui ne sont pas des individus aux besoins naturels.
Hé Les nanamecs ! Si vous voulez absolument que la poésie s’achète, j’ai le regret de vous annoncer qu’il vous faudra changer de mentalité. Il vous faudra passer par la pompe à fric, le guichet à biftons. Appliquez vous à vous-mêmes les principes que vous souhaiteriez voir appliqués aux autres, et si ça vous semble crétin, non, chrétien, remplacez alors ce mot par sympathie. Cessez de vous prendre pour des aristos du papelard, des artistes de l’immatériel néanmoins très matériels, des pros de la littérature assis le cul sur une chaise. Si vous voulez que la poésie s’achète, faites en le commerce. Et le commerce égal l’achat-revente.
Ou alors, c’est gratuité totale pour tous. Le grand soir du papier mâché. Y en a, parmi nous, qui depuis toujours prêts à ça, pratiquent le troc.
Le spectacle que certaines personnes, j’ai pas dit toutes, donne d’elles-mêmes est si peu reluisant que si jamais la race humaine, la leur, ne les entend guère, c’est sans doute parce qu’elle leur ressemble.
P.M.

1 comment:

Anonymous said...

Poésie troc

Toc!toc!toc!
Entrez!
Bonjour! Je vends de la poésie fabrication artisanale
Sortez!
Toc!toc!toc!
Entrez!
Bonjour! Je vends de la poésie fabrication anale
Déshabillez-vous et dites 33
Toc!toc!toc!
Entrez!
Bonjour! Je vends de la poésie trou du cul démesuré
A genoux qu'on voit le bijou
Toc!toc!toc!
Entrez!
Bonjour! Je vends de la poésie coloscopique remboursée par la seculité sociale

(à prononcer avec l'accent du midi)

jeanaimarretrecon

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins