Saturday, November 26, 2011

Traction-brabant 3

L’histoire de « Traction-Brabant » a pris une sale tournure le jour où je mis les pieds à Epinal. A l’opposé des images de là-bas, le marchand de photocopies me demanda ce qu’était le Produit décrit en objet. Ayant un esprit autant religieux que mathématique, je songeai sur le champ à ces produits en croix qu’il fallait réussir du temps où je calculais encore. Doué d’un esprit ménager, j’imaginai que je vendais du tue-mouches. « Le doute m’envahit, je n’étais plus sur terre ».
Puis, à la même époque, je subis une avalanche de mots incompréhensibles : Séduction, Ambition, Projet, Plaisirs, Réforme, Réussite, Ambiance… Bref, pour moi, il était une fois de plus impossible de F.L.F. (finaliser La Fête). Mon âme fut au désespoir. Il m’apparaissait plutôt que la vie était remplie de ce détachement de la joie présent dans les « chansons » de Ian Curtis (alias Joy Division), entre licol et pendaison. Après tout, dans ce cas, seuls le sens de la corde (à terre ou dans les airs), sa longueur et la force de la punition varient.
Et à présent, je sais ce qu’il faut que je fasse. Vous filer tous ces mots. Séduction, Ambition, Projet, Plaisirs, Réforme, Réussite, Ambiance… Si si, j’insiste… Vous verrez… Vous vous en sortirez à merveille en leur compagnie. Vous dites que vous les ignorez, ce qui ne vous en empêchera pas de les pratiquer.
Pendant ce temps, je tacherai de me débrouiller pour qu’il n’y ait plus que « Traction-Brabant » à mettre dans « Traction-Brabant ». Sans analyses ruineuses, sans table des matières (ou des manières ?), ou messageries d’hauteurs.

P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins