Monday, May 15, 2006

Incipits finissants (4)

Après avoir bien dîné avec les leaders du bureau national de la Cégette, nous voici réunis pour une deuxième moitié de congrès.
Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, en cet après-midi où le soleil clair transperce de gros nuages avec une fourchette, redoutons les discours prononcés d’une voix trop monocorde.
« Les batailles menées le sont pour une société moderne, plus équitable, plus solidaire… »
…mangé avec des leaders. Bientôt, je serai un leader. Pour le moment, j’ai des gaz. Oui,
Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, je serai un sacré leader. Un leader assis dans un fauteuil bas du cul à renifler la moquette.
« Ensemble, construisons par les luttes un avenir meilleur ». « Ensemble, CONSTRUISEZ par les luttes un avenir meilleur ». Un fauteuil, quoi, presque un trône dans cette solitude si paisible, loin des sales luttes de classe, avec une bouteille de whisky à portée de la main. Et les femmes à poil, où sont les femmes à poil ?
Diable ! La révolution, c’est la santé, ne rien faire, c’est la conserver. Dans mon fauteuil à roulettes, je me transporterai vers un pays où la vie est plus chère.
De l’autre côté de cette baie vitrée, avec le même confort, pour entendre toujours des discours. Tout commence par un bon repas…
Moi syndicaliste parmi les leaders, blanche fesse avec les sept mains « je souhaite qu’on mette en place un système où pas un seul d’entre VOUS ne puisse se dire : à quoi bon travailler plus que les autres puisque tout le monde y est indifférent ».
Le temps de me réveiller et de dire : Au secours ! Jetez moi dans l’eau glaciale des rêves ! Bande de salauds. Vous qui avez profité de mon handicap moteur et qui m’avez poussé avec mon fauteuil à l’intérieur de la chambre haute. J’ai même cru un instant que tous les discours étaient des discours…
P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins