Saturday, July 16, 2011

De Harry Wilkens (extrait de T-B 25)

Attends que tu meures

Tu seras
seul
ils n'annuleront pas
leurs vacances
ne fermeront pas
leurs boutiques,
pour sauter
dans le premier
avion.

Tout juste
ils écriront
une carte
que jamais
tu ne verras
et personne
n'en a rien à foutre
des cartes,
seulement
de bagnoles.

2 comments:

Thierry Roquet said...

Comme tu le dis si bien, Patrice, ça chie bien Wilkens.
Sa poésie dégage une force pas croyable.

Anonymous said...

pas un mot de trop, le (s)top! C'est ça aussi la poèsie...

Fabrice

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins