Monday, March 17, 2008

Traction-brabant 38

Je pourrais vous parler de plein d’injustices qui ne manquent pas, et plus particulièrement de celles qui existent dans le réseau poétique, mais ça ne serait pas encore assez au ras des pâquerettes donc, forcément, faudra plutôt que je cause de l’ordre foutraque des pages dans T-B : c’est que la chose a chagriné plus d’un lecteur depuis la création du poézine ! Bigre alors ! Peut-être ai-je offensé sans le savoir le dieu des suites numériques croissantes, ou une tripette de pharisiens, alors qu’au début du siècle dernier, les poètes surréalistes pouvaient tirer au revolver dans une assemblée.

Mais nous n’en sommes plus là. Pour rester dans le sérieux du futile et répondre aux interrogations qui pointent ça et là sur ce mode de numérotation peu orthodoxe qui caractérise malgré tout T-B, il convient de préciser que cette numérotation foutraque est née d’une impossibilité technique de ma part de numéroter automatiquement les pages. Donc, à partir du moment où je dus me contenter, par rapport à mes maigres compétences techniques, de saisir les nombres, je me suis dit, tiens, on va faire une numérotation aléatoire. Ça changera ! Qu’est-ce que j’avais pas trouvé là ! Ce qui gêne certaines personnes, ce n’est pas le contenu des poèmes, ce qui les choque, c’est le bordel dans la numérotation.

Alors là, je me demande : qu’est-ce qui compte dans une revue de poésie ? Ne serait-ce pas avant tout l’ordre des numéros de pages ? Ne pourrait-on pas alors imaginer des poésies juste composées d’alignées de chiffres ?

En tout cas, il est certain que les habitudes ont la vie dure et qu’une petite fantaisie qui dure passe de plus en plus pour une provocation.

Si les numéros de pages ne sont pas importants, puisque certaines revues n’en comportent pas, pourquoi faut-il qu’ils soient en ordre à partir du moment où ils existent ?

Devant l’abîme de perplexité qu’ouvre en moi cette question, je me dis, la révolution c’est pas pour demain, si on pinaille déjà pour des histoires comme celles-là.

Donc, vous les aurez, au moins pour ce numéro, vos pages en ordre ! N’empêche, ordre ou pas, le bordel existera toujours dehors, autour de vous, rien de plus scientifique…ou votre monde parvient-il à se suffire à lui-même, rien qu’avec des chiffres… et des lettres ?
                                                                                  P.M.

2 comments:

gmc said...

ha, où va se nicher la subversion maintenant^^

Laurent Deheppe said...

Laisse dire, elle a de la gueule ta revue. Et pour que le bazar saute encore plus aux yeux, tu devrais la tirer sous forme de journal A3 (pas con, tu économises ainsi 2 agrafes)

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins