Friday, March 28, 2008

D'Alexis Denuy (extrait de T-B 50)

L'arrière-pays

Vers le soir, c’est là que je me trouve.
De la fenêtre, on regarde : les trains, ses mains,
tout ce qui nous entoure s’éboule
et le monde-feu court à sa perte,
emportant table et chaise
dans sa culotte de velours,
dans sa culbute de fou.
La dernière fois que je vois le monde,
je suis la lumière en tant que telle.
A ma fenêtre, attendant la fin - le temps est infini,
sa robe est mince. Il arrive bien un moment
où il faut sortir des formules, une bonne soirée
et peut-être l’après-midi - au-delà de la loi.

Peut-être que ça aurait fonctionné
s’ils avaient tous été pareils
dans le principe de l’industrie,
mais les choses se précipitent,
vont se précipiter,

Fermez les yeux.



No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins