Monday, February 20, 2017

De Samuel Dudouit (extrait de T-B 50)

Entretiens nocturnes


la guerre n'est pas là je tourne
dans un monde tranquillement exténué
sous les loupes les pattes de mouche de la vie
font des petites phrases sans importance
le soleil le matin est tout pâle
il n'a pas pris le soleil depuis longtemps
quand je me mouche j'ai l'impression d'être ailleurs

*

j'invente une autre vie
à peine vivante tapie dans mes oreilles
comme sous l'oreiller du monde
je la pose loin sur des meubles silencieux
et je la laisse attendre attendre
jusqu'à ce que rien de moi ne se souvienne d'elle
alors elle me touche quand le sang se réveille à sa vue

*

la nuit les dieux parlaient aux endormis
le jour les endormis dormaient encore
sans écouter leurs rêves
des cailloux dans les poches dans la bouche
dans la tête
mon fantôme s'endormait en comptant
et les dieux glissaient entre mes doigts


*

je parle en mon nom
même si je l'ai vaguement oublié
inventer serait bon pour mes artères
ai-je pensé ce matin
et puis j'ai compris qu'hier
était mon bureau personnel
et qu'une gomme à mon nom m'y attendait


*

parfois la vie a la forme d'une chaise d'oubli
et il faut s'asseoir
le cœur s'arrête rien ne chante plus
on a a le cul lourd comme la mort
et la nuit pour calendrier
pour se relever fous-toi ça dans le crâne :
le sang d'un pur citron de soleil

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins