Tuesday, March 22, 2016

Incipits finissants (54)

Il est un jeu passionnant qui consiste à rechercher la plus petite part de l’homme qui ne puisse être réduite. C’est aussi la plus dure, comme seule peut l’être une pierre précieuse.

Bien sûr, il vaut mieux que ce bijou soit caché.

Ainsi, la caméra rencontra par hasard l’homme au milieu d’un paysage irradié. Pour survivre, après tant de morts explicables, car étant toutes l’œuvre de la main d’autres humains de la même espèce, bêtement plus réels et puissants que leurs semblables, cet exemplaire presque unique de bipède vivait dans les roches situées au dessous de la terre. Comprenez sa grotte. En fait, il y en avait plusieurs. Dans une vie normale, elle se serait appelée un château ou une poupée russe en porcelaine. Mais ici, ne restaient que des trous de plus en plus ridicules.

Et comme par hasard, le rescapé avait pris soin de respirer à grand peine dans la grotte la plus reculée.

Soudain, lorsque le rayon accrocha enfin ce regard en apparence perdu, il s’était tellement éloigné de la lumière que sa découverte fit l’effet d’une bombe anti-atomique.

Le fanal des yeux bleus du survivant lui servait en fait à se déplacer en toute sécurité à l’intérieur d’abîmes successifs.

Et les clones de l’ancienne civilisation disparue venaient de tomber sur ce qu’il fallait cacher à tout prix. Non seulement tous les humains n’étaient pas morts, mais en plus on en trouvait encore qui étaient équipés d’un idéal, cette chose incontrôlable qui resplendissait au milieu des catacombes, cause d’une sérénité inexplicable et seule véritable rescapée des décombres.

Un affront pour ces quelques autres, restés aux commandes d’un temple artificiel, et signe de bonheur pour soi-même, sans passé ni avenir.

Dans ces conditions, il n’y avait plus qu’une seule solution. La caméra des mass média devait sortir son laser de poche pour détruire ce qu’elle ne pouvait réduire. Mais heureusement : elle rata sa cible et provoqua un éboulement sans gravité pour l’occupant des lieux.

Aujourd’hui encore, il existe dans le monde beaucoup de personnes qui pensent qu’un idéal ne sert à rien. Aujourd’hui encore, il existe dans le monde quelques personnes qui pensent qu’un idéal peut être légitime.     
                                                                                                                                                            P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins