Friday, January 27, 2012

Traction-brabant 58

J’ai longtemps cru à la crise. Voire à la pauvreté. J’y ai cru plus longtemps que les autres. Heureusement : me voilà guéri. Car en me promenant dans la rue, j’ai eu la révélation de ma vie. J’ai vu tous ces gens qui marchaient en contresens (en fait, c’est moi qui marchais en contresens), pas avec des sacs poubelle, non, mais avec des packagings arc-en-ciel, bref que des trucs brillants. Et je fus obligé de constater que ces personnes fort élégamment vêtues ne souffraient guère de la crise. Au contraire, elles semblaient satisfaites de s’essayer des fioles de parfum en pleine rue. Le problème était juste qu’elles manquaient de bras pour porter l’ensemble de leurs paquets. Et si parmi ces passants, il y en avait quelques uns qui étaient dépourvus d’élégance, ce n’était pas grave, car les marchandises l’étaient davantage qu’eux. Et d’ailleurs, ils gloussaient plus fort que les autres !
En vérité, je vous dis, nous sommes tombés dans une période d’universelle abondance.
Alors, il y a des mauvais bougres qui me diront : ça se voit que tu vis pas à la campagne. Hélas, à la campagne, il n’y a plus personne, donc tout le monde s’en fout. Et quand j’y vais, moi, je vois que des grosses bagnoles garées devant de belles bicoques (quand elles ne sont pas abandonnées).
De même, en ville, y compris pour ceux qui ne font rien, tout baigne. Les terrasses des cafés sont remplies dès le printemps. Et les gens n’ont pas l’air de souffrir. On a l’impression qu’ils dorment.
Que dire aussi de ces centres commerciaux, gigantesques, toujours remplis, notez le bien, de caisses ? Certes, leurs ronds points sont un enfer, mais il s’agit d’un enfer de richesse. Tous ces panneaux, tout ce mobilier urbain, ça coûte et ça en jette. Et s’agissant de la littérature, matez moi ces festivals. On y trouve des bouquins partout et des écrivains, tous plus pros les uns que les autres. Le monde entier est là, comme dans une vitrine.
Ainsi, il apparaît que nous sommes pleins aux as. La preuve en est que nous créons chaque jour des usines à gaz qui génèrent plein de clientèle.
Soyez en heureux. Peu importe l’absence de liberté, du moment que vous êtes riches.
Alors, bien sûr, il y a les SDF, puis les réfugiés. Mais eux, c’est différent, ils ne savent pas vivre comme les autres, ils refusent de se gaver de soldes, et quand ils sont dans la rue, ils se conduisent mal.
Donc, en réalité, la misère demeure cette chose invisible.
                                                                                                                                            P.M.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins