Sunday, October 16, 2005

D'Hubert Le Boisselier (extrait de T-B 72)

uie rouge
Tu as longtemps pleuré les larmes d'un autre 
Des pleurs de sang venus des yeux d'un autre 
Légués par une douleur étrangère à ton corps 
Tu as reçu de ta lignée le poids d'un deuil de plomb 

D'où te vient la noirceur qui sillonna tes membres?
D'où vient que tu songeas si souvent
À noyer des fleuves avec ton sang d'esclave
À couvrir la ville des éclats de ta chair privée de vie?
Il a fallu le béton et l'acier pour endurcir ta volonté 
Que tu sois envahi par la matière urbaine et sale 
Pour éclaircir le sang maladif de tes artères 
Le répandre savamment sur le cuir tanné des trottoirs 
Et endurer les pleurs qui noircissent le flux de tes discours 
Ou tes hurlements d'enterré vivant 

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins