Tuesday, October 06, 2020

De Georges Thiery (extrait de T-B 84)


Les agonies convulsant mon visage, j'avançais dans le terne du soir d'un pas hâtif, les contractures au cœur, évitant les regards, la vie est un blasphème pour ceux qui se ferment, la pâleur du jour tombant, les petits signes dans la ville, nous voyons l'horizon parfaire nos directions puis il faut aller se réfugier dans des bras alliés et lorsque les portes se ferment nous n'avons plus que les regards sur lesquels nous appuyer. Cette vie était d'une longueur terrifiante pourtant il me semble qu'éteignant la lampe de chevet nous la rallumons dix ans après, ce n'est que le rêve des transactions pour des avenirs hypothétiques, la sombre rengaine de nos amertumes, quelques éteintes furtives puis le manque de sommeil, de soleil, d'éveil, toujours le souvenir nous serre et la douleur s'agite dans le crâne, je ne vis que la beauté des visages lorsque révélant mes intentions j'effleurais le seuil des êtres.

No comments:

Incipits finissants (59)

Récemment, je suis allé dans une friche industrielle et j’ai appris que les artisans qui y travaillent sont en fait des artistes. En même t...