Friday, June 28, 2013

De Brigitte Giraud (extrait de T-B 63)

Des bouts de corps
glissent sur le pavé,
dans le rond de terre autour des arbres,
contre l'arbre.
On se laisse apparaître.
Dans le passage, les mains attendent.
Le café est désert.
L'attente, c'est la lenteur de l'œil.
Il y a un type au comptoir qui a l'air de ruminer sa solitude. 
Dedans/dehors, tout est lisse. 
Et la vie coule comme la pluie dégouline.
Pas moins, pas plus.
Dans la beauté des bleus.
Je ne sais pas comment ça commence.  

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins