Saturday, January 02, 2010

De Cathy Jurado (extrait de T-B 85)


Partage des eaux

Nous avancions sur ce pont entre deux eaux jumelles,
Et la nuit jouait un air si doux,
Comme une neige sur nos plaies,
Que j’aurais pu dormir sur l’épaule du ciel.
À présent, les ondes de ton cœur se renouvellent dans le songe,
Circulaires, violentes.
 - Mon chant tel une lame dans l’écorce,
Sauvage comme une forêt.
Mon reflet d’oiseau piégé. -
Et me voici enclose,
Dans la mort intime,
Où le corps n’est plus qu’un reflet.

J’ai suspendu ma nuit à des lèvres scellées.
Quelque part, loin dans l’ombre du cœur,
Frissonnent les murs d’une prison.
Je n’ai qu’une mort, elle commence en toi.

No comments:

Blog Archive

About Me

My photo
Poézine ou pour parler comme les gens bien "revue poétique et littéraire" et toutes petites petites éditions, comme le format des bouquins